Continuum Movement®

« Nous portons tous, profondément enfouie dans notre nature fluidique, la graine de nos futures probables, là où se love notre matrice océanique première, amoureusement prête à délier nos restrictions culturelles et sociales. » Emilie Conrad « Life on land »

Le Continuum est une exploration somatique, fondée par l’américaine Émilie Conrad emilie-conrad (1934-2014) depuis la fin des années 1960. Elle a mis en évidence le mouvement fluide et ondulatoire qui imprègne le monde du vivant, de la cellule, a l’embryon, aux méandres des rivières, jusqu’aux spirales des galaxies. Cette exploration s’expérience par le mouvement, le souffle et des sons spécifiques qui vont activer le système des fluides du corps humain [tels les tissus conjonctifs, fascia, liquide céphalo-rachidien, sang, lymphe…].

De ces mouvements fondamentaux émanent pulsations, ondulations, et spirales. Ils représentent le vocabulaire de l’Eau en mouvement, l’élément primordial, sacré dans bien des traditions, et toujours mystérieux aux yeux des scientifiques mais dont on sait que la vie sur terre en est issue. Le corps humain étant composé de 70% d’eau, ces mouvements sont donc aussi présent dans nos corps, et sont en résonance avec le reste du monde du vivant organique, fluidique et vibratoire.

Cette pratique somatique nous met en relation avec l’origine de la vie, avec l’évolution des espèces, et à avec les champs vibratoires des royaumes de la nature. La proposition du Continuum est de nous faire récapituler par l’expérience notre connexion primordiale avec notre environnement, en l’occurrence la planète terre.

La pratique et ses bienfaits :

La pratique se fait en combinant des séquences simples de mouvements, souffles et sons vocaux favorisant l’éveil des fluides dans certains schémas corporels et systèmes anatomiques [squelette, tissus conjonctif, organes, glandes], s’ensuit l ‘ « Attention ouverte », une écoute profonde par le mouvement, où le corps peut librement s’autoréguler, se réajuster, se régénérer, et développer de nouveaux potentiels de fonctionnement, baigné par les mouvements des fluides primordiaux et des rythmes organiques qui interpénètrent le vaste tissu du vivant.

Il en découle une expérience de connexion profonde avec soi, avec notre nature corporelle et physiologique, qui nous fait prendre conscience que nous sommes l’ expression d’un processus planétaire de « Vie sur Terre**» que le monde technologique, moderne et industriel nous fait parfois oublier.

** {« Life on Land », le livre d’Émilie Conrad, 2007}


P_20170720_142045_1.jpg

Les racines de Continuum se retrouvent, par exemple, dans l’ancienne École Mystères des Temples d’Asclepius en Grèce antique, où l’utilisation de sons sacrés, des rêves, de bains d’eau et de séjours dans des chambres obscures formaient la base du processus de guérison. Dans notre version moderne, nous utilisons un cadre plus somatique: allongé sur un tapis, assis ou à l’aide d’une chaise, combiné à des respirations spécifiques, des sons vocaux et des séquences de mouvements. Le travail consiste à créer un champ résonnant qui augmentera notre connexion avec les champs vibratoires terrestres et cosmiques plus vastes. Nous nous reconnectons également à nos sensations, à notre respiration et à notre attention en mettant l’accent sur la conscience de soi, et nous ralentissons notre rythme afin d’entendre mieux ce qui se passe à l’intérieur et au-delà de nous-mêmes. Nous sommes des créatures en évolution, notre descendance commence avec les premiers micro organismes qui ont survécus il y a environ 3 milliards d’années. Le Continuum est une proposition pour développer notre curiosité et pour récapituler le processus de déploiement de la vie sur terre, de notre origine la plus ancienne jusqu’à maintenant.

Sur cette video, nous pouvons voir plusieurs démonstrations du Continuum par Emilie Conrad et Susan Harper. Nous pouvons observer les réponses tissulaires lorsque les fluides sont mis en mouvement par le son et le souffle. Nous pouvons observer les motifs de pulsations, ondulations et spirales.